The7thCÿrk

CERCLE DE REFLEXIONS ET D'ANALYSES - FACTION DE PENSEE
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [2013.08.17] L'Edito d'Howard Puscifer Lovecrash N°3-Dansons, Pauline et soyons heureux!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Puscifer

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 13/03/2013
Age : 42

MessageSujet: [2013.08.17] L'Edito d'Howard Puscifer Lovecrash N°3-Dansons, Pauline et soyons heureux!   Sam 17 Aoû - 4:45

DANSONS, PAULINE ET SOYONS HEUREUX!


Mercredi 14 Août, 23h16, dans un des rares pubs d'Annecy...le Finn Kellys




Ça fait du bien de décompresser après le boulot: je veux dire, laisser son corps et son esprit se détacher des mouvements répétitifs de la semaine. Mon chef m'a sympathiquement invité à passer la soirée avec lui, sa femme et deux de ses amies.

Habituellement, je ne passe pas par ce genre de soirée avec des personnes que je ne connais que depuis deux mois.
Mais bon...ma soirée allait ressembler à celle que je passe habituellement lorsque je dois aller me coucher tôt pour le travail du lendemain. Je vis dans un hôtel depuis quelques semaines; j'ai trouvé ce taf pour l'été assez rapidement mais ce n'était pas côté de chez moi.
Le soir donc, pour m'endormir, je ne compte pas les moutons, non. J'en vois assez dans la journée. Je compte les fissures et les toiles poussiéreuses en cordée au plafond.
Alors, pour ce vendredi soir, je voulais faire autre chose que dénombrer les veines qui parcouraient le ciel de plâtre de ma chambre.


"Ça va? Pas trop fatigué?"
"Non, non. Ça va." répondis-je à mon chef en ajoutant un petit sourire.

Tu parles! J'ai surtout l'impression d'avoir déjà vécu un tas de soirées à la con de ce genre. Ça commence par un pub et après, ça se termine toujours...en boite! Oh! C'est moi qui raconte! Je le sais que vous êtes nombreux à avoir vécu ce type de soirée.

Je ne bois pas d'alcool chez moi. Même tout seul. Seuls les repas de famille, anniversaires et compagnie voient mes papilles participer à ce rituel festif.

Je prends une pression. Les autres prennent un peu plus chargé. On discute de tout et de rien; moi j'observe les deux nanas qu'il s'est cru forcé de convier. Elles ne me dérangent pas mais lorsque je redoute quelque chose dans une soirée, je sonde ce qui se dégage des personnes qui peuvent stratégiquement me pondre un Waterloo à tout moment. Elles, je ne les sens pas.



*

Presque minuit. Une des deux, justement, lance:
"_Bon, on y va les gars, on va pas rester là!".

Qu'est-ce qui t'arrive toi? Tu t'es cru chef d'équipe à la fin de la pause de 10h ou quoi?
Bon, ça c'est que je me dis le premier quart de seconde au moment où je la vois se raidir et devenir hirsute. Les trois autres, je prépare des phrases dont j'ai l'habitude pour décliner si la station d'après, c'est la boite.

Là, je ne sais pas ce qui s'est passé...un moment de faiblesse surement: j'ai craqué.
Car à l'instant fatidique où à la fin de sa phrase, elle entame un large et inquiétant sourire, elle dit avec la plus grande joie:
"_On va en boite!". Je pense qu'elle a du mouiller sa culotte quand elle a dit ces derniers mots: genre les chute du Nirvana sur une feuille de Sopalin. Et moi, j'ai dis, avec un beau sourire jaune:"Bah...euh, ouais! Pourquoi pas!".
Ma volonté venait de se liquéfier, elle aussi. On se dirige vers la voiture.

A l'intérieur, les filles rigolent et s'excitent déjà d'y être. Nous arrivons. Son nom, Le Chic.





On rentre et prenons position sur une banquette en cercle. Ils reprennent un verre. A ce stade, ces souvent des discussions futiles et très légères. Comme si c'était presque entendu entre les convives.
C'est surtout pour meubler en attendant qu'il ait un peu plus de monde. Vous me direz ce soir, le DJ doit être sourd car on devait être douze âmes errantes mais il avait mis la musique assez fort pour nous obliger à crier pour parler entre nous. Je sais, c'est pas anormal. Mais même lui n'était pas encore lancé dans sa soirée, il mangeait un sandwich et buvait un Coke aux platines. Passons...

Une heure du mat', la boite s'est remplie. Les petits culs comme les plus flasques se secouent, se dandinent.
Au début que j'allais en boite, je croyais que c'était l'alcool qui me donnait des envies de vomir; mais j'ai très vite réalisé que c’était ce que j'y voyais.

Physiquement parlant, c’était inhumain le spectacle qui s'étalait devant mes yeux; mentalement, c'est toujours un combat.
Oui, parce que moi, je ne danse pas. C'est pas de la honte, de la gêne, c'est juste que je m'en fous de la danse d'une force! Ah Mamzelle Pauline, ça l'a contrarié. Elle feignait le contraire mais c'était flagrant.
Et puis vint un moment où je me retrouvais assis seul avec elle sur la banquette. Même si c'est elle qui se gâche la soirée toute seule par sa réaction, je me sentais un peu gêné.

Je me rapprochais délicatement d'elle et lui demanda si elle acceptait que je lui offre un cocktail au bar, là où la musique se faisait moins parasite pour converser. Elle accepta. Une fois emparés de nos cocktails, on prit place sur des poufs près du bar.


"Dis-moi...j'ai l'impression que je suis responsable d'une petite contrariété, non?"
"Non, ça va. T'inquiètes pas"
"Dès que j'ai dis que je ne danserais pas, tes fesses se sont scratchés à la banquette. C'est pour ça que je te le dis. Même que la banquette était très surprise que ton popotin fasse ventouse si soudainement."

Un sourire venait de se télécharger.

"T'es con...(rires)...t'es doublement con"
"Je ne m'attendais pas à battre un record de ce côté là ce soir. Merci de m'en gratifier. Mais pourquoi doublement?"

Je me doutais de la réponse mais bon, j'avais bien compris qu'il valait mieux que je garde en main et que je chérisse le gouvernail du dialogue.  

"Mais...parce que tu fais chier!...Pourquoi tu ne viens pas t'amuser avec nous?"
"Parce que ça ne m'amuse pas"
"Pourquoi es-tu venu alors?"
"Je ne voulais pas rester seul ce soir...entre autre. Moi, j'aimerais savoir pourquoi tu le prends si mal au point de ne pas profiter de cette soirée?"
"C'est mieux quand on est ensemble, non?"
"Pour te répondre, je vais être obligé de t'expliquer mon point de vue sur la musique. Surtout celle d'aujourd'hui"
"T'aime pas ce que passe ce DJ?"

Non Calimero, je voulais dire de nos jours, vas-y fais un effort sinon je vais t’émietter la coquille!
Avec un engouement incroyable, je décidais donc de relier les muscles de mon faciès pour décocher, façon instantané Polaroïd, un sourire vierge de tout jugement personnel afin de lui dire:


"Non...je te parle de la musique en général et surtout celle de nos jours"
"Ohlala, t'es pas un marrant toi!"
"Dis moi, qu'est-ce qui te fais kiffer dans le fait de danser?"
"Bah...ça fais du bien, ça change les idées, on oublie les petits tracas de la vie de tous les jours le temps d'une soirée...voilà quoi!"
"La danse sert à cela"
"Oui"
"Tu veux connaitre ce que je pense du fait de danser?"

Je savais d'avance que ça allait l'ennuyer. J'avais surement 15 à 20 minutes pour finir de la dépiter. Non pas que ce fut ce que je désirais mais il était clair qu'elle n'allait pas pouvoir l'encaisser correctement.


**

CORPS + MUSIQUE = DANSE

La danse, c'est de la musique et des mouvements corporels. Les goûts musicaux sont propres aux sensibilités de chacun. L'envie de brancher son corps à la même fréquence également.

Ce qui me gonfle extrêmement c'est le sens donné et pratiqué des composantes de cette addition.
Non mais sans déconner, on danse partout sur la planète; y a pas un coin où l'on ne danse pas pour de médiocres raisons.

Plus la transition économique mondiale est difficile à supporter et plus on danse.

Ces vingt dernières années, les tracks et albums qui sont conçus sur un rythme appelant à bouger son corps sont en constante progression. Tenez, par exemple, passez en revue la période depuis l'année de la Lambada à l'année dernière, celle d'Op gangnam style. Vous pourrez remarquer que c'est devenu rapidement un marché florissant.

On a perdu énormément en créativité pour gagner tout autant en rentabilité mais ce qui est le plus dommageable n'est pas ce son de tiroir caisse. C'est plutôt la raison de cet engouement désiré et programmé qui l'est.

Vous comprenez, les décideurs ont compris que si le marché du disque faisait danser la masse et les détournait de cette recherche d'équilibre qui nous importe tous, ils étaient gagnants.

Alors ça danse. C'est vrai qu'à notre époque, la danse contribue à créer des sociétés plutôt pacifistes. Je dirais plutôt, que les gens sont occupés et canalisés pacifiquement.
Je ne dis pas que j'ai jamais bougé mon petit cul osseux non plus mais jamais pour des raisons névrotiques. Vous trouvez sûrement que c'est légèrement conspirationniste et quelque peu friable comme raison.
Mais que ferais les gens pour répondre aux mêmes besoins s'il ne dansaient pas?
La vérité, c'est qu'ils se font chier (passez moi l'expression!) dans leur vie. Et le fait de danser leur permet d'être dans un univers où ils peuvent se sentir bien; à défaut de l'être dans la vraie vie.

Je ne condamne pas. Je ne prends pas non plus mon cas pour une référence. Mais, moi je n'ai jamais eu à recourir à cela.
Pour quoi faire?

Chacun son truc? Oui, chacun sa façon de nourrir sa psyché et son état de santé. Ça n'existe pas et ça n'existera jamais des solutions issues de la danse pour comprendre et réaliser sa vie. Jamais.
C'est juste un palliatif temporaire, c'est comme un verre d'alcool mais ça n'apporte rien de bien constructif. C'est juste histoire d'adoucir un peu sa triste vie: on l'utilise comme une pommade contre une brulure. A cette différence près que le lendemain vous sentirez de nouveau la douleur.

Pendants les années folles, le siècle dernier, c'était en tout point la même frénésie. D'accord, cela a permis l'émergence de nouveaux genre musicaux tel que le jazz par exemple.
Mais c'était l'après guerre et économiquement, on allait étreindre le système pour le faire évoluer. On avait besoin de cette frénésie pour panser des blessures et tenter de positiver. La terrible suite vous la connaissez. La danse avait juste occupé les esprits.

Je considère malgré tout cet art qu'est la danse comme respectable et faisant partie du patrimoine de l'humanité.

Mais il y a art et manipulation. De l'art vous manipule toujours car il conduit votre perception créatrice dans divers optiques et dimensions. C'est sans incidences néfastes donc, quand c'est de l'art.

Celle dont je met en cause sa création et son utilité, elle, en est à des milliards de kilomètres d'être artistique. Elle manipule aussi mais pour d'autres raisons.
 

**

Après avoir fini de lui expliquer, elle me dit fatalement et de manière assez abrupte:

"Tu as quelle heure?"
"Il est 3h50"
"Ok...Je vais y aller moi, je vais vous laisser, j'habite pas très loin..."
"T'as pas passé la soirée que tu voulais...hein?"
"Bah disons que j'étais venu pour me changer les idées et..."
"...Et moi, par mon discours, je t'ai ramené à ce que tu voulais oublier pour la soirée. C'est ça?"
"Oui...un peu"
"Les gens qui veulent oublier leur soucis en sortant en boite, veulent toujours y aller avec des gens qui y vont également pour les mêmes raisons: cela apporte un semblant de bon sens à cette démarche et le fait de ne pas être la seule personne dans ce cas là, encore plus"
"C'est bon, j'avais compris...je vais y aller"


***

J'ai été lourd, n'est-ce pas? Mais c'est légal!
Non mais oh, qu'est-ce qu'elle croyait?
Que j'allais dire
"_Pardon, excuse moi...je ne suis qu'un moins que rien de ne pas aimer danser!".
Je précise que j'aurais agis pareil si cela avait été un burné.
C'est pas la fin du monde quand même! Enfin du mien certainement pas, le sien était déjà en péril de toutes façon.


Pour résumer la finalité de ta soirée Pauline et conclure sur un pas de danse:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Defrost

avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 40

MessageSujet: [2013.08.17] L'Edito d'Howard Puscifer Lovecrash N°3-Dansons, Pauline et soyons heureux!   Mar 20 Aoû - 18:06

Je voudrais commencer mon message par une petite question, Puscifer: as-tu inventé cette histoire ou cela t'es t'-il vraiment arrivé?

Ensuite, je dirais que les gens qui ne dansent pas ne me dérangent pas. Ils profitent à leur façon de l'ambiance. Moi, j'ai plus fréquenté les teufs et les raves mais je me doute que ce que tu décris s'y prête aussi.

Je kiffe la tekkno et certaines autres musiques éléktroniques. Mes goûts artistiques ont dû rester scotchés dans les années 90, lol.

C'est vrai que ça me fait un peu bouger. Ça me fait surtout voyager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Puscifer

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 13/03/2013
Age : 42

MessageSujet: [2013.08.17] L'Edito d'Howard Puscifer Lovecrash N°3-Dansons, Pauline et soyons heureux!   Mar 6 Mai - 16:14

Salut Def,

Je parcourais les sujets et je suis tombé sur ton message sans réponse.

Defrost a écrit:
Je voudrais commencer mon message par une petite question, Puscifer:
As-tu inventé cette histoire ou cela t'es t'-il vraiment arrivé?

Cette histoire m'est vraiment arrivé. Quelque chose t'es paru un peu invraisemblable?
Et pourtant...

Les gens qui n'ont pas ce besoin frénétique de se trémousser sur des rythmes endiablés ne me dérange pas non plus. Ce qui me gène beaucoup plus c'est cette aptitude qu'ont les humains de se laisser immerger trop facilement dans l'euphorie.

Bon là, je parlais de musique mais c'est valable pour tellement de situations!

Imaginez le geek qui recherche LA piece manquante à sa collection de figurines. Le jour où il l'a trouve et l'achète. Trop content l'autre tâche, il va pouvoir avancer  dans la vie.

Et la fraichement nommée "Mamie", lorsque son enfant lui fait un petit-fils ou une petite-fille, elle se transforme en fontaine de jouissance et se moque de savoir si elle éclabousse de son foutre de frustrée les personnes aux alentours.

Je vais arrêter là, je risquerai de pondre une liste sans fin et ... de prendre mon pied en finalité!

Mais bon, moi, je suis désolé mais lorsque je me rends à une sauterie qui s'annonce cool, je ne m'en réjouis jamais avant. Je m'en réjouis une fois que j'y suis. Faut pas être idiot.

En plus, combien ont été déçu parce que cela ne s'est pas déroulé comme prévu leur petit moment festif tant attendu? Hein? Bah oui, Gentes Tâches (Oui, j'y mets les formes parce que là on est dans le très haut au niveau déficience mentale), fallait pas être aussi impatientes et faire des plans bêtement sur une soirée dont vous n'avez pas le contrôle.

Vous n'avez déjà pas celui de vos névroses,
alors celui de votre bon sens...faut pas rêver non plus.

Non plus.


Je ne pense pas que les gens soient totalement honnête ou conscient
sur l'origine profonde de leurs diverses envies et désirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Defrost

avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 40

MessageSujet: [2013.08.17] L'Edito d'Howard Puscifer Lovecrash N°3-Dansons, Pauline et soyons heureux!   Mer 7 Mai - 0:02


J'ai du te louper de peu, une nouvelle fois. Je le sais, tu as ta manière à toi de remettre les clés dans le pot de fleur. A chaque fois, tu casses une fleur; Lovecrash jusqu'au bout...

Je ne doutais pas de la véracité du récit à proprement dit: je pense que je voulais me rassurer dans un certain sens. Dans un sens et ne le prends pas mal l'ami webique, tu n'es pas quelqu'un qui a été démoulé d'une manière habituelle. Comme on pourrait le dire familièrement.

Comprends moi, au début d'une relation amicale avec un autre forumeur, on ne cherche pas trop à connaitre la personne, du moins sans plus. Puis, si un intérêt nait peu à peu, on essaie de se faire un profil de notre "ami" qui soit le plus proche de lui, le plus véritable.

Et pour tout dire, lorsqu'on commence à te connaitre, on se dit que ce mec se la joue peut-être un petit peu, que c'est un nerveux sans grand relief avec des opinions plus que tranchées de ce fait et que par son  petit coup de crayon mental, il arrive à nous embarquer dans des récits qui paraissent être du vécu mais qui pourraient bien être que de pures nouvelles.

Hors, au moment où j'avais posté ce message, j'avais encore un petit doute à ton propos. Ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. Tu dois être assez "spécial", j'espère que cela ne te paraîtra pas un peu péjoratif l'ami.


Puscifer a écrit:

Je ne pense pas que les gens soient totalement honnête ou conscient
sur l'origine profonde de leurs diverses envies et désirs.


Non, ils ne le sont pas à mon avis. Leurs vies leurs paraitraient sans doute restrictives et sans intérêts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyrko
Admin
avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 06/02/2013

MessageSujet: [2013.08.17] L'Edito d'Howard Puscifer Lovecrash N°3-Dansons, Pauline et soyons heureux!   Mer 7 Mai - 1:37

Tu sais Defrost, je vais être franc avec toi et te dire pourquoi Puscifer parait parfois un peu intolérant, nerveux et tranchant. Et pourquoi aussi, il ne sait pas mettre les formes parfois.

Puscifer a, comme chez beaucoup de gens, une partie de sa personnalité plus évolué que le reste. Pour qui que ce soit, cela peut atteindre n'importe quel aspect, n'importe quelle motricité. Chez Puscifer et cela depuis très longtemps, il ressent un malaise profond et instantané lorsqu'une situation, à laquelle il est relié, prend ou va prendre un sérieux déséquilibre totalement en dehors de l'attention des personnes en présences ou reliées également.

Un déséquilibre pour SA perception, entendons nous bien.

Puscifer est quelqu'un d'équilibré...malgré ses apparences verbales (Si si, je vous assure...). Donc ça va, sa notion des valeurs est singulièrement saine alors son Allergie Sensorielle est apte à être comprise et utilisée dans le bon sens. D'ailleurs, pour la façon de l'utiliser, il ne peut prendre en compte son jugement uniquement. Il doit se référer à une autre constante qui ne dépend pas de lui. Mais ceci est une autre histoire.

Maintenant, mettez-le en face de quelqu'un qui n'est pas conscient de ses éventuelles déviances mentales et qui voue une foi ultime envers des croyances pour optimistes maladifs.
L'amas d'inepties et d'âneries débité sera tellement énorme qu'il en aura une crise d'asthme.
Je le sais pour y avoir assister plusieurs fois et de différentes manières. Ce n'est pas le sujet ici mais c'est l'un des buts principaux du Manoir que de parler de ce genre de choses.



Pour revenir un peu plus au sujet, je n'aime pas danser parce que je n'aime pas faire quelque chose dont je n'ai pas le besoin, l'utilité. Cela peut paraitre binaire comme attitude mais c'est ainsi que je trouve mon équilibre de ce côté là.

Après, danser ou pas danser, est-ce intéressant?

Cela dit, je rejoins cette pensée qui défini la danse comme un moyen d’extérioriser, voire d'expulser un trop plein d'énergie non contrôler par son hôte.

En ce cas, la danse peut donc être curative et utile. Si elle est encadrée dans ce sens!

Sinon, dans le cas contraire et plus courant où la danse est juste un moyen de passer ses nerfs sans rien analyser, c'est une perte de temps car ça ne règle rien.
Comme le soulignait Puscifer, l'industrie de la musique fait de plus en plus danser la population mondiale: ça permet quelque peu d'adoucir les passages difficiles en cette période de mutation économique et ça maintient sous pression.

J'aimerais être clair avec la musique dont je parle, je cible ici les musiques lègères, électroniques, mièvres, un peu rapées, avec des mélodies à pousser au suicide une simple étudiante et très peu de sens, de construction dans les paroles et la partition.

Je reconnais, par contre, avoir pris plaisir à suivre un rythme ou deux et de s'y être laissé guider. Mais cela reste un plaisir assez léger et sans grand intérêt. Pour moi, bien entendu.

Cependant, j'admets volontiers que c'est un plaisir de voir des gens danser avec soin; même si les raisons qui les motivent apparaissent en filigrane sur l'image, c'est pas grave.


Pour toute chose, quand c'est beau, il faut toujours prendre un instant,
s'arrêter et assister de la meilleure des manières.

Même si la danse n'est pas mon trip,
pourquoi ne pas s'arrêter un instant...voulez-vous danser Pauline?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://7thcyrk.forumactif.org
Defrost

avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 40

MessageSujet: [2013.08.17] L'Edito d'Howard Puscifer Lovecrash N°3-Dansons, Pauline et soyons heureux!   Jeu 8 Mai - 15:03

Merci Cyrko, je prends la main suivante, cela vous dérange t'-il que nous esquissions quelques pas ensemble, Pauline?


Cyrko a écrit:
Après, danser ou pas danser, est-ce intéressant?

Oui, c'est vrai que si le sujet de Puscifer ne se résumait qu'à cette question, il paraitrait bien futile. Je pense que le centre du récit se focalisait sur le conformisme social; autrement dit, si  tu fais comme nous, je me sens bien...parce que tu fais comme nous. Et que tu ne casses pas l'ambiance à être dans un autre move lol.

Et puis faut pas se mentir, on a tous esquissé un pas de danse soit dans sa chambre ou en public de toutes façons.

Cyrko, quand tu dis que tu n'aimes pas danser parce que tu n'aimes pas faire quelque chose dont tu n'as pas le besoin ou l'utilité, je comprends que tu règles la chose ainsi dans ta tête mais n'es-tu pas un peu radical? Pardon pour la question mais ça m'intéresse.
Parce que lorsque tu dis "le besoin, l'utilité"...c'est sur le moment? Ou est-ce avec un objectif déjà prédéfini? Sur du court terme? Je n'arrive pas préciser mon interrogation désolé.


Alors par contre pour le passage en bleu, j'ai pas tout compris ou alors que trop bien, et alors dans ce cas, nous sommes en plein hors sujet non? Ne devrait on pas être dans le salon Weird?


Petit hors-sujet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyrko
Admin
avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 06/02/2013

MessageSujet: [2013.08.17] L'Edito d'Howard Puscifer Lovecrash N°3-Dansons, Pauline et soyons heureux!   Jeu 8 Mai - 19:56

Defrost a écrit:
Cyrko, quand tu dis que tu n'aimes pas danser parce que tu n'aimes pas faire quelque chose dont tu n'as pas le besoin ou l'utilité, je comprends que tu règles la chose ainsi dans ta tête mais n'es-tu pas un peu radical?

Je règle la chose, je règle la chose...j'équilibre mon bien-être ainsi surtout. Ce n'est pas une question d'être radical mais d'être adapté surtout, et en ne s'accordant aucune faiblesses.

Bien sûr qu'il n'y a aucun risque à danser mais c'est lorsque vous faites des choses qui vous ressemble pas que la gravité s'assied à côté de vous, comme dirait Puscifer. La gravité, dans sa vie, on la convie, elle ne s'invite pas toute seule, jamais. La causalité.


Defrost a écrit:
Alors par contre pour le passage en bleu, j'ai pas tout compris ou alors que trop bien, et alors dans ce cas, nous sommes en plein hors sujet non? Ne devrait on pas être dans le salon Weird?

C'est normal (rires) et tu n'as pas tort. C'est normal de ne pas avoir tout saisi, parce que mon propos n'était pas complet et tu n'as pas tort sur l'emplacement de ce genre de discussions, ce sera dans Weird.

Si tu as quand même compris le sens général, j'effleurais  le domaine des capacités propre à chacun et chacune: leur champs d'action, leurs prolongements possible, etc...
D'ailleurs, pour le petit hors-sujet, je te réponds en MP, ce sujet n'étant pas le lieu ici pour te répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://7thcyrk.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [2013.08.17] L'Edito d'Howard Puscifer Lovecrash N°3-Dansons, Pauline et soyons heureux!   

Revenir en haut Aller en bas
 
[2013.08.17] L'Edito d'Howard Puscifer Lovecrash N°3-Dansons, Pauline et soyons heureux!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le permis de conduire à puce, c'est pour 2013
» Rentrée 2012-2013: coloc DUT St Cloud
» M2 METIERS DU LIVRE / DIJON / PROMOTION 2012-2013
» budget défense 2013
» Le calendrier de l’année scolaire 2013-2014

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The7thCÿrk :: Le Vestibule :: L'Edito d'Howard Puscifer Lovecrash :: Année 2013-
Sauter vers: