The7thCÿrk

CERCLE DE REFLEXIONS ET D'ANALYSES - FACTION DE PENSEE
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 SEI n°05: "Je crois en la contamination de l'amour..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Puscifer

avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 13/03/2013
Age : 42

MessageSujet: SEI n°05: "Je crois en la contamination de l'amour..."   Jeu 20 Avr - 6:21






Nous voici avec un exemple type d'un texte empli d'ambiguïté et de dangerosité. Vous me direz l'un ne va pas sans l'autre. Si l'on accepte d'emblée d'assimiler sans chercher à réfléchir sur la portée du contenu, on prend facilement l'autoroute de la déroute. Et par conséquent, comme pour cet encadré, on croit boire visuellement une bonne cuvée alors qu'en fait c'est de la piquette qui va rendre malade au point d'en faire vomir sa conscience pendant des semaines voire des mois. En fait, comme pour chaque SEI, tout dépend de la qualité d'interprétation du lecteur, celle issue de son bon sens et de sa santé mentale.


Donc, prenons ces 4 phrases une par une:

Christophe André a écrit:
Je crois en une contamination de l'amour, de la bienveillance, de la douceur et de l'intelligence.

Ah l'amour, de nos jours je ne pense pas qu'il y ait un mot aussi fort qui ait perdu autant de son sens, de son essence. Un véritable fourre-tout.

J'ai toujours trouvé en ce mot un abîme sans fond. Pour moi, ce qui s'apparente à ce mot est une sensation très intime et personnelle qui ne peut pas être défini par une écriture de cinq lettres. Je comprends très bien qu'il faille toute de même un mot pour le situer dans une phrase mais désormais, je pense très sincèrement que ce mot ne devrait plus exister: cela n'empêchera absolument pas de conserver le ressentis interne en chaque personne. Je pense même que cela pourrait même le décupler, le rendre vraiment utile.

C'est très louable et pas forcément idiot de croire en la contamination de l'amour, la bienveillance, la douceur (ça c'était inutile de le mettre...HS) ainsi que de l'intelligence.

Mais franchement, dans le contexte actuel, dans l'état de névrose général, commencer un texte de cette manière c'est un peu comme si je disais que je croyais en la contamination du déni...en douceur justement. Glorifions le pansement sur des plaies que nous voulons garder ouverte du fait de ne pas avoir le courage de voir la réalité en face...youhou!

En somme, ce texte commence déjà mal, avec un plein baril de naïveté qui n'est là que pour prendre le lecteur par les sentiments sans l'écorcher, sans lui faire penser d'emblée à ses écueils qui l'accompagnent chaque jour du soir au matin.


Christophe André a écrit:
Chaque fois qu'on pose un acte de tendresse, d'affection, d'amour,
chaque fois qu'on éclaire quelqu'un en lui donnant conseil,
on modifie un tout petit peu l'avenir de l'humanité dans le bon sens.

Et voilà, c'est reparti pour un comportement akashique d'inconvenance alors, non non non et non, jamais on ne donne de conseils à une personne si celle-ci ne l'a pas demandé. Jamais. Ça ne se fait pas, jamais.

Et dans une logique de mécanique communicative, il sera toujours plus profitable pour la personne dans le besoin d'être conseiller qu'elle demande elle même ce conseil car d'une, elle seule connait son besoin parfaitement et donc par conséquent, de deux, la personne qui se sentira assez orgueilleuse pour établir qu'elle doit conseiller une personne, celle-ci sera forcément dans l'erreur en procédant ainsi puisqu'elle n'est pas au tréfonds de l'âme qui lui semble être dans le besoin. C'est automatique et en plus, ici, la dangerosité réside dans le fait qu'un conseil donné gratuitement génère après coup et la plupart du temps comme résultat de la méfiance chez celle qui l'aura reçu.

Que ce soit un acte de tendresse, d'affection ou de conseil, en le posant gratuitement sans réfléchir on ne modifie pas l'avenir de l'humanité dans le bon sens, on le rend surtout plus infecté, plus irresponsable, plus non assumé et créée encore plus de déséquilibre. Quand je pense qu'à sa première phrase, le mec parlait d'intelligence. Bien sûr. Bref, cette phrase est donc complètement en déséquilibre et totalement fausse.


Christophe André a écrit:
Et chaque fois qu'on dit une vacherie, qu'on commet une méchanceté
et qu'on les répète, on fait perdre du temps aux progrès humains.

Sans blague. Parce qu'il n'y a que des gens faibles d'esprit dans ce monde? Non et sachant de quoi je parle au niveau de la consanguinité mentale humaine, m'exprimant régulièrement au sujet de cette majorité infectée, je peux affirmer que pas mal de personnes sont fortes au niveau charisme mental pour savoir comment gérer quel quelconque actes établis comme négatifs. En plus, tout dépend ce que l'on qualifiera comme étant positif et négatif.

La preuve, Mister Christophe André, en reprenant ce que je disais sur votre déjection précédente, donner un conseil gratuitement sans connaitre tout les tenants et aboutissants de la personne qui va vous écouter...ça, c'est dire une vacherie oui, une méchanceté sans nom. J'irais même jusqu'à dire et affirmer que c'est une atteinte à la dignité de la personne qui vous écoutera.


Christophe André a écrit:
Que chacun cultive le plus grand nombre possible de ressentis et d'actes positifs
est donc vital pour tout le monde.

Ouais, le truc c'est que tout le monde n'a pas la même définition de l'acte positif. Un terroriste originaire d'un pays qui souffre d'être sous le joug d'une super-puissance et qui pose une bombe dans l'antre de celle-ci, c'est un acte positif pour lui. Il aura le sentiment, en plus de rééquilibrer les pertes humaines un tant soit peu, d'être dans une dynamique saine pour ceux qui lui sont chers ou qui l'étaient.


Alors Christophe André, ferme là à tout jamais et retourne à l'école de la vie.
Celle-là même où on apprend à réfléchir à deux fois avant d'utiliser le verbe.
N'est-ce pas, toi qui parlait d'intelligence...laisse moi rire!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shirushinjiru

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 09/03/2013
Age : 39

MessageSujet: "Je crois en la contamination de l'amour"   Sam 22 Avr - 14:29

Il est rare que je réagisse à de tel encadré avec tous ceux que je peux voir sur la toile de FB mais nous avons là effectivement droit à l'un des encadrés des plus significatifs.
La plus belle de l'altération de la faculté mentale !!


Christophe André a écrit:
Chaque fois qu'on pose un acte de tendresse, d'affection, d'amour, chaque fois que l'on éclaire quelqu'un en lui donnant un conseil, on modifie un tout petit peu l'avenir de l'humanité dans le bon sens.

Bullshit, cela démontre bien à quel point ce "Christophe André vit dans une autre strate que la réalité de la vie.
Mais bon, lorsque l'on voit la source en même temps cela ne m'étonne guère.

Par exemple :
Imaginons que ce Christophe André se fasse agréssé bêtement lors d'une simple sortie, son agresseur  le menace avec un couteau, dans cette situation précise si l'on doit suivre les grands écrits de ce dernier, j'aurai du mal à croire qu'en donnant un conseil ou en faisant un acte de tendresse en quoi cela ferait changer l'avenir de son agresseur.

"Eh ho" redescends de ta transe mentale d'arriérée Christophe André car l'amour ne fait pas partie d'une forme l'évolution pour le bien de l'humanité bien au contraire, tu ne fais que diffuser et partager ton aliénation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Defrost

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 40

MessageSujet: SEI n°05: "Je crois en la contamination de l'amour..."   Mer 30 Aoû - 13:37

Bonjour à tous et toutes,

Ce sujet, je le lorgne depuis un peu en fait. Tout simplement du fait que moi, loin d'être un séducteur, j'avais jusqu'à il y a peu des rapports un peu trop normalisés avec l'amour. Dans le sens où, j'ai eu mes expériences via quelques rencontres sans grands lendemains. Évidemment, je parle et vais parler de l'amour entre un homme et une femme, donc sans doute moins dans le contexte de ce sujet. Mais si je le fais, c'est que je pense qu'il y a certains parallèles.

Il y a cinq mois maintenant que j'ai une relation plus sérieuse que je n'ai jusqu'à présent. A tel point, que nous allons sans doute prendre un appart' ensemble. Je l'aime pour ce qu'elle est, pour ce qu'elle m'apporte et comment elle reçoit ma façon d'être. Malgré tout, il y a des moments où je ne me sens pas bien. Et c'est là où certains parallèles avec ce qui est dit dans ce fil de discussion et dans quelques autres plus anciens me viennent à l'esprit.

Je ne suis pas quelqu'un d'anti-conformiste mais métro-boulot-dodo version vie de famille, très peu pour moi.

Puscifer, tu m'avais raconté une fois une anecdote. Plus précisément une discussion avec une de tes anciennes connaissances qui, pour te mettre mal à l'aise en réponse à une franchise que tu lui avais exprimais en pleine face (comme à ton habitude), t'avait dis que quelqu'un qui s'assumait en société devait obligatoirement avoir un job, une femme, des enfants, une maison et une voiture. Ce qui t'avait fais "halluciné" pour reprendre ton mot.

Et bien voilà, c'est là le dilemme pour moi. C'est que ma compagne actuelle est exactement dans le même schéma. Un schéma social qui ne me correspond pas mais alors pas du tout. Ce n'est pas que cela me fasse peur. Pas du tout. C'est que pour moi, c'est une prison dorée plus qu'autre chose. Je conçois, cela dis, que cela puisse correspondre aux attentes de la plupart des gens et je le respecte.

Je ne comprends pas que chez la plupart des femmes cela soit automatiques ce genre de concept. Ce n'est quand même pas le besoin d'enfanter qui génère cela quand même? Et puis comment peut-on voir, concevoir le siège d'un amour commun uniquement de cette manière?

Donc pour le coup, je me retrouve bien embêté avec elle car je perçois bien que dans sa tête le parcours futur de notre binôme est déjà bien établi. Dès que je lui fais comprendre que je n'ai pas forcément la même optique. Elle se referme à tel point que j'ai l'impression d'avoir en face de moi une inconnue renfrognère.

Comme certains m'ont dis: "_Fais gaffe Toto (mon surnom), t'es avec une pondeuse!"

Alors, pour faire lien avec ce sujet, je dirais juste comment ce texte peut être cohérent dans ma situation? Qu'est-ce que cet amour qu'elle croit cultiver avec moi?

Peut-être me direz-vous que nous n'avons pas assez parlé au début et c'est surement vrai. Elle ne m'a rien caché depuis le début concernant ses attentes avec homme; c'est juste qu'elle dévoile au compte goutte la vigueur et le poids de ses attentes.


Defrost a écrit:
Petite parenthèse envers vous les amis: cette nouveauté dans ma vie fait que je ne suis plus présent au Manoir. Je pense que vous comprendrez pourquoi. Il m'était déjà arrivé ce genre de chose depuis que je suis inscris ici mais là c'est sans aucune mesure avec les précédentes expériences. Parenthèse refermée.



Je vais donc moi aussi reprendre ces 4 phrases par le prisme
de mon cas actuel exposé précédemment:


Christophe André a écrit:
Je crois en une contamination de l'amour, de la bienveillance, de la douceur et de l'intelligence.

Pourquoi pas mais pour elle la bienveillance et l'intelligence, c'est d'avoir un enfant au plus vite avec une maison. N'est-ce pas de l'amour matériel là?


Christophe André a écrit:
Chaque fois qu'on pose un acte de tendresse, d'affection, d'amour,
chaque fois qu'on éclaire quelqu'un en lui donnant conseil,
on modifie un tout petit peu l'avenir de l'humanité dans le bon sens.

Je ne pense pas. Vraiment pas. Je ressent surtout que par ces actions soi-disant positives on désire surtout assouvir au mieux des attentes personnelles dont le fruit n'est pas obligatoirement exempt de tous vers.
Par exemple, ma compagne dit de moi, lorsqu'on débat d'un hypothétique avenir ensemble, que je suis égoïste. Mais elle, ne l'est-elle pas dans ses désirs?


Christophe André a écrit:
Et chaque fois qu'on dit une vacherie, qu'on commet une méchanceté
et qu'on les répète, on fait perdre du temps aux progrès humains.

Là encore, si je ne réponds à ses attentes ou qu'elle me considère comme réfractaire envers elles, eh bien pour elle je ne suis pas conciliant, je suis négatif. Mais suis-je vraiment méchant, suis-je vache, et (lol) est-ce que je fais perdre du temps aux progrès humains?


Christophe André a écrit:
Que chacun cultive le plus grand nombre possible de ressentis et d'actes positifs
est donc vital pour tout le monde.

Oui, je te rejoins Puscifer, tout le monde n'a vraiment pas la même nature littérale de l'acte positif en soi. Comme je le disais plus haut, qu'une chose soit positive ou négative, elle sera toujours colorée par les attentes qui la suscite. D'où le fait d'ailleurs que certains actes qui seront jugés dans leurs fondements comme négatifs ne le seront pas dans leur finalité.



Je pense d'ailleurs que dans ce sujet, l'émotionnel est le principal trouble-fête.




Voilà, désolé de vous avoir ennuyé avec un peu de ma vie privé mais lorsque j'avais vu ce sujet, j'y voyais trop de parallèles avec ce que je vivais. Pour ma part et pour en terminer avec mon propos, j'essaye de réfréner le plus possible ma compagne et m'attends déjà à ce que cela prenne fin avant la fin de l'année.

Histoire que chacun de nous ne perde pas son temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Puscifer

avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 13/03/2013
Age : 42

MessageSujet: SEI n°05: "Je crois en la contamination de l'amour..."   Jeu 31 Aoû - 10:35

Ah oui quand même...pfiouuu!!!! Eh ben mon pauvre! Comme te l'ont dis tes potes, c'est bien une pondeuse, en effet! Si tu veux arrêter de vivre, fonce et marrie toi avec elle c'est clair. C'est le genre de nana après qui ne comprend pas pourquoi son mari la bat ou qu'il s'éloigne d'elle. Bon attention, je ne cautionne pas un mec qui bat sa femme (ou ce qui à priori se dit femme) mais bon parfois il y a des choses qui se comprennent...c'est tout ce que je dis.

M'en veux pas Def, je dis ça alors que je ne la connais pas. Je dis ça parce que surtout cela me rappelle des expériences passées où Shirushinjiru m'avait mis en garde envers d'éventuelles conquêtes. J'ai pas voulu totalement écouter et il s'est passé ce qui s'est passé. Déconvenue. Moi comme un couillon que je suis, je pensais qu'elle était jalouse. Bon, sûrement un peu aussi. N'empêche qu'elle avait raison sur toute la ligne.

En même temps je ne leur en veux pas aux femmes, cela fait combien de siècles sans déconner que les hommes les mettent aux second plan de tant de choses? C'est un peu normal aussi. Elles doivent rattraper ce qu'elles n'ont pas pu cultiver. Sachant qu'après, en plus, une fois qu'elles seront dans un certain épanouissement, ce sera à l'homme et la femme, tout deux de concert à enfin apprendre à vivre ensemble main dans la main...et non, comme actuellement, un sexe dans l'autre ou dans la bouche ou dans l'arrière train.

Ça y est je vais vomir.

Je te suis sur l'ensemble de ce que tu as dis. Surtout et principalement sur cette phrase qui peut paraître un peu bateau mais qui est la seule vérité à propos de tout ce thème et qui montre bien que les valeurs actuelles ne sont pas les bonnes ou alors sont mal utilisées:

Defrost a écrit:
Je pense d'ailleurs que dans ce sujet, l'émotionnel est le principal trouble-fête.

Allez bon courage Def, restes toi-même et tout ira bien de toutes façons.
Si ce n'est pas la bonne, ce sera une autre.
Vaut mieux en effet ne pas rester ensemble si c'est pour se faire du mal.
Portes-toi bien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Defrost

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 40

MessageSujet: SEI n°05: "Je crois en la contamination de l'amour..."   Dim 10 Sep - 18:14

Merci pour ton soutien.

Alors, qu'en est-il à ce jour?

L'appartement est mis en stand-by. Nous nous voyons mais je ressens bien que quelque chose s'est fissuré. Pas la confiance mais l'espoir d'une vie ensemble. J'ai l'impression qu'aucun de nous deux n'ose en parler franchement. J'ai plus le sentiment qu'on attend que l'intérêt d'une union descende au point mort.

Ce qui m'a déplu, beaucoup déplu, c'est certaines paroles de sa part qui me donnait le rôle de celui qui était en faute. Uniquement parce que je ne désirais pas répondre à ses désirs. Mais étais-je vraiment obligé de lui offrir la vie sans relief qu'elle désirait tant: mariage, enfants, maison, voiture, voyage. C'est anti-vie pour moi. Comme je l'ai déjà dis, je conçois par contre que cela réponde aux attentes d'autres personnes.

Moi, je ne désire que ma liberté. Je préfère rester seul à ce moment là si ce sera le même refrain avec d'autres femmes. Je te rassure, je ne deviendrais pas homo pour autant; j'ai encore un peu de bon sens quand même.

Du coup c'est ma famille qui me saoule (c'est le cas de le dire) avec ses espoirs de descendance et les phrases bateaux qui vont avec. Ça c'est pareil. En quoi est-ce une obligation de leur offrir des petits enfants? J'ai l'impression d'être un traitre à la cause familiale.
Les personnes conditionnées sont fières d'offrir une descendance à leur parents et se cachent derrière d'ailleurs pour ne pas avoir à s'expliquer sur les véritables raisons. Cela évite tout débat. C'est pratique. Pour qu'après, au bout de quelques années, on finisse par se sentir vraiment fier finalement d'avoir un enfant et de voir ceux qui n'en n'ont pas comme non assumé socialement. C'est grave.

Sur ces principes, oui c'est clair, je te rejoins à 100% Puscifer sur la bêtise des gens à être fier de répéter les mêmes schémas familiaux. Et ils sont heureux qu'ils disent. Par contre, lors de réunions de familles ou de repas divers, lorsque tu les observes tu vois leurs visages façonnés par une résignation qui s'est imposé à eux par obligation sur plusieurs années.

D'ailleurs c'est dingue à quel point, d'avoir des enfants peut changer les gens. Au point où tu ne reconnais plus les gens que tu appréciais, comme s'ils étaient devenus de parfaits étrangers.

Comme toi, je connaissais aussi quelques uns de mes anciens copains qui me disaient: "Tu sais cela ne changera rien le fait que j'ai un enfant, on se verra pareil, je ne changerais pas". C'est étrange comme ils préfèrent prétexter une soit-disant amnésie désormais envers ce qu'ils avaient si promptement affirmer.

Sur ce point là aussi, je te rejoins le Bourreau.

Bref, j'arrête là ma petite news parce que rien que de penser à ma famille et mes ex-amis, ça va de nouveau me faire déraper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Puscifer

avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 13/03/2013
Age : 42

MessageSujet: SEI n°05: "Je crois en la contamination de l'amour..."   Dim 10 Sep - 23:09

Et oui, les gens dont tu parles choisissent leur voie...^^...ouais un petit tacle parce que...tu te crois où à me malmener sur l'autre sujet! Non mais sans blague! Non, je rigole. Mine de rien ce n'est pas pour rien que je dis cela.

Le truc c'est que la plupart des parents font des enfants pour de mauvaises raisons et la plupart des temps des raisons inavouables pour eux. Ca fait partie des non-dits très importants et influents de notre société. Encore une fois, je ne crache pas sur les parents. Faut juste dire la vérité, c'est tout. Moi j'explique bien pourquoi je n'en veux pas. D'ailleurs à chaque fois que l'on me demande pourquoi j'en veux pas, on me sort la même ânerie: "Parce que c'est criminel de faire des enfants aujourd'hui, c'est ça?". N'importe quoi. Non. Évidemment que non.

Par contre:

_Combien font des enfants pour les allocations familiales. Si si ça existe...

_Combien font des enfants pour se mettre bien avec leur conscience en les faisant pour leurs parents. Comme ça, ils se disent "ça y est, on est tranquille maintenant, on montre qu'on est une vraie famille".

_Combien les font parce qu'à un moment de leur vie de couple en fait, bah ils ne savent pas quoi faire de leur vie justement alors faisons un enfant, cela mettra un peu de gaieté, un peu d'animation dans notre quotidien.

_Combien en font pour être dans la normalité, pour ne pas paraître un couple bizarre, pas intégré.

_Combien d'hommes finissent par laisser une pièce dans le porte-feuille pour contenter et calmer les lamentations de leur compagne qui les supplie de leur donner ce bonheur. D'ailleurs, je ne vous dis pas la création de forme parce que un gamin qui n'est conçu que pour cette raison sera forcément perturbé. C'est obligé. Tous ceux que j'ai connus commettant cet acte monstrueux et irréfléchi ont eu des enfants plus que turbulents et hyper-actifs.

_Et mon dernier exemple, celle des connasses de pondeuses qui ont des hormones...comment dire...ce n'est plus des pondeuses à ce niveau là, ce sont juste des sacs à foutre. Vous savez ce sont celles qui aiment à vous sortir: "_Je sais, j'en ai cinq ça parait beaucoup mais j'adore les enfants". Sans blague? Ah non non non, tu n'aime pas les enfants là, du tout. Tu es juste une grosse névrosé qui a un gros problème affectif. Là, oui c'est criminel au sens fort du terme. Surtout que bien souvent, quelques mois après vous avoir dis ça, vous apprenez avec horreur que cette grosse truie est encore enceinte.
Saviez-vous qu'au Québec, autre grand pays de neuneus, si tu as cinq enfants tu ne disposes d'aucune aide social, voire très peu par rapport à ceux qui en ont un ou deux. Ça c'est intelligent. Mais imaginer que cela se passe pareil en France...Hein?...Ah, oui c'est vrai c'est en cours chez nous. Timidement mais ça vient.

Et des raisons, il y en a encore pleins...c'est une honte.

Neuneus, neuneus, neuneus...Vous me trouvez excessif certains. Non, c'est juste que je vois très bien ce que vous ne voulez pas voir. Ce n'est absolument pas une question de point de vue. C'est la réalité.

Après, on vient me parler que la CAF est surchargée, que la population mondiale augment de façon exponentielle...ouais, bah voyons, bah commencez par avoir un cerveau et de maitriser vos hormones.

Et je vous parle pas, de cet amour que l'on pratique sous des draps puants uniquement en passant par la porte de derrière sinon le mari vous fais la gueule mesdames, sinon c'est tendu dans l'échantillon de couple que vous formez. A mettre dans ce même sac également, ces envies masculines incompressibles de se faire reluire son appendice. Bande de porcs.

Je hurle de rire et je vomis de suite après lorsque je vois des pubs ou des vidéos sur l'amour, la paix, la famille, la joie de vivre, etc...c'est bullshit, une grosse hypocrisie, ce sont des mots mis sur de images uniquement pour avoir bonne conscience.

Telle une akasha qui dit sur PR que pratiquer la sodomie c'est propager de l'amour partout dans le monde. Puisque t''aime ça, pauvre idiote, les tables tournantes bah fais-toi plaisir avec tes invités Gorge Profonde...Faut vraiment être un simplet ou une cruche pour te trouver fréquentable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Defrost

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 40

MessageSujet: SEI n°05: "Je crois en la contamination de l'amour..."   Ven 6 Oct - 17:44

Salut,

Voilà c'est fini. Nous avons mis à terme à notre relation. Ce qui, pour le coup, a mis en évidence les sous-entendus qu'elle et sa famille avaient à mon sujet. J'ai le sentiment d'être un miraculé. Comme si j'étais une bête qui était à la base destiné à abattoir et qui en a réchappé de peu.
Puscifer, ce que tu m'avais dis un peu plus haut dans le fil de discussion, je ne l'avais pourtant pas pris pour argent comptant car un tantinet trop radical à mon goût. Malgré tout, elle m'a caractérisé d'excentrique. C'est un comble.

Voici ce qu'elle m'a livré comme laïus d'au revoir:

"Tu sais, c'est grave de ne pas vouloir d'enfant. C'est très grave. Tu devrais faire un point sur ta vie et te remettre sérieusement en question. Mais enfin? Qui ne veut pas d'enfant dans sa vie? Il y a même des gens qui seraient prêts à adopter pour en avoir! T'as vraiment un problème! Je ne te croyais pas comme ça! Tu te rends compte ou pas? Quand je pense que ma famille était prêt à t'accepter!
Et moi? Tu y as pensé à moi? Mes désirs de femmes. En fait tu n'es qu'un gros égoïste. Si tu m'avais dis dès le début que tu ne voulais pas d'enfants, jamais on ne serait sortis ensemble. Certainement pas.
Voilà, maintenant c'est fini. Je te conseille vivement de réfléchir sur ta vie car là, tu vas droit dans le mur...T'as vraiment rien compris à la vie!"


C'est vrai que le désir d'avoir des enfants doit être la première des choses à évoquer lors d'une union comme celle-ci. Soit je suis naïf ou soit je n'ai rien compris à la mise en ménage d'un homme et d'une femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shirushinjiru

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 09/03/2013
Age : 39

MessageSujet: Amour, amour, amour qui en devient amer   Mer 18 Oct - 21:15

Salut Defrost,

 J’espère que tu te portes bien depuis même si je pense savoir que ça va pour le mieux pour toi depuis ta libération à « une vie que tu conçois et dans laquelle tu te sens épanoui »

Je dois dire que, depuis que j’ai lu ton histoire, mon sang a bien bouillonné à m’en faire siffler les oreilles à tel point que de la fumée en est sortie.


Defrost a écrit:
Et bien voilà, c'est là le dilemme pour moi. C'est que ma compagne actuelle est exactement dans le même schéma.
Un schéma social qui ne me correspond pas mais alors pas du tout.

J’ai beau être une femme cela n’empêche que je n’adhère d’aucune des façons et ne tolère vraiment mais vraiment pas cette façon qu’elles ont de tracer leurs futurs schémas familiaux.

Defrost a écrit:
Je ne comprends pas que chez la plupart des femmes cela soit automatiques ce genre de concept.

Lorsque tu parles de la plupart des femmes je dirais qu’elles sont majoritaires mine de rien car elles représentent quand même le nombre de 95 %, je parle bien évidemment de celles qui adoptent ce concept purement et qui en font un automatisme nécessaire tel un diplôme à obtenir !! What the Fuck !! It’s a bullshit power !!

Defrost a écrit:
Ce n'est quand même pas le besoin d'enfanter qui génère cela quand même?
Et puis comment peut-on voir, concevoir le siège d'un amour commun uniquement de cette manière?


Je ne pense pas que cela soit vraiment un besoin d’enfanter.

Bien avant d’en avoir la conscience réelle et totale, elles ne font que plagier une ébauche familiale dans laquelle elles ont grandi, elles cherchent à se démarquer en voulant reconstituer un squelette familial différent, un pâle reflet d’une vie conjugale qu’elles se représentent en voulant se dupliquer bêtement.

Sacré projet !! Waouuuuuuuh !! Laissez-moi rire !!


Defrost a écrit:
Comme certains m'ont dit: "_Fais gaffe Toto (mon surnom), t'es avec une pondeuse!"

Lol ! Oui pour sûr car au début, elles se font nommer pondeuse mais à la fin elles se transforment en de vraies vaches à lait.

Defrost a écrit:
Je pense d'ailleurs que dans ce sujet, l'émotionnel est le principal trouble-fête.

Je te rejoins là-dessus et je te trouve plutôt soft lorsque tu emploies le terme « trouble-fête »

Puscifer a écrit:
En même temps je ne leur en veux pas aux femmes, cela fait combien de siècles sans déconner que les hommes les mettent aux second plan de tant de choses?

C'est un peu normal aussi. Elles doivent rattraper ce qu'elles n'ont pas pu cultiver.

Tu nous fais de l’humour Puscifer ? Je pense qu’il y a des choses bien plus importantes sur lesquelles se pencher avant de vouloir se reproduire instinctivement et bêtement.

La légalité des sexes entre la gente féminine et masculine sur plusieurs composants par exemple.



Puscifer a écrit:
Sachant qu'après, en plus, une fois qu'elles seront dans un certain épanouissement, ce sera à l'homme et la femme, tous deux de concert à enfin apprendre à vivre ensemble main dans la main...

et non, comme actuellement, un sexe dans l'autre ou dans la bouche ou dans l'arrière train.

Malheureusement c’est peine perdu Puscifer car cela demanderait beaucoup de sacrifice dont ils ne sont pas prêt à se défaire avec la réplique la plus débile qui est « je suis né comme ça, je ne peux pas ou je ne veux pas » et oui tant de négation avant même de se lancer dans l’essai à cause de la peur de l’échec.

Je parle d’échec car lorsque l’on se lance sur un chemin parsemé de difficulté forcément on se frotte à l’inconnu et c’est bien connu que personne n’aime s’aventurer sur ce genre de chemin enchevêtré de possibilités paraissant interminables ce qui leur fait croire, en finalité, à un éventuel échec.

Envisager de vivre sereinement sans tous les maux qui aident à construire réellement la pensée humaine.

C’est pour cela que je pense que c’est peine perdue, car nous vivons dans une ère de l’instantané ou l’échec n’existe pas et tout est une question de comparaison et compétition vers la voie de la facilité donc l’éphémère absolue, l’inutilité. La subjectivité demeure plus forte que l’objectivité dans cette ère.


Defrost a écrit:
Ce qui m'a déplu, beaucoup déplu, c'est certaines paroles de sa part qui me donnait le rôle de celui qui était en faute.
Uniquement parce que je ne désirais pas répondre à ses désirs.

"lui offrir la vie sans relief qu'elle désirait tant: mariage, enfants, maison, voiture, voyage."

C’est tellement facile de reporter sa colère lorsqu’on est face à une incompréhension de la part de l’autre, surtout quand on n’a pas de réelle raison à développer pour faire comprendre son propre désir.

Quelle belle lâcheté !! Le mot – offrir - prend une autre tournure surtout dans la façon dont tu l’exprime, j’utiliserai plutôt le mot – obligation – qui quelque part est ce que l’on appelle l’obligation conjugale.


Puscifer a écrit:
_Combien font des enfants pour les allocations familiales. Si si ça existe...

_Combien font des enfants pour se mettre bien avec leur conscience en les faisant pour leurs parents. Comme ça, ils se disent "ça y est, on est tranquille maintenant, on montre qu'on est une vraie famille".

_Combien les font parce qu'à un moment de leur vie de couple en fait, bah ils ne savent pas quoi faire de leur vie justement alors faisons un enfant, cela mettra un peu de gaieté, un peu d'animation dans notre quotidien.

_Combien en font pour être dans la normalité, pour ne pas paraître un couple bizarre, pas intégré.

_Combien d'hommes finissent par laisser une pièce dans le porte-feuille pour contenter
et calmer les lamentations de leur compagne qui les supplie de leur donner ce bonheur.

Rha lala Puscifer, tes énumérations sont très vraies car aujourd’hui la manière et l’envie de faire un enfant est complètement faussement avoué.

Cela me fait bien rire cette façon dont peut être utilisé le mot « amour » et tout son package, je suis entourée par différentes femmes et couples dont tu fais référence dans chacune de tes listes Puscifer et je dois dire que j’en suis devenue allergique à ce mot que j’estime galvauder aujourd’hui. Galvauder car le terme »amour » est employé à tort et à travers, surtout lorsque l’on parle de fonder une ‘’famille’’ ou dès que l’on aborde le sujet qui touche les enfants.

Arrêter, arrêter !! Vous ne m’engrainerez pas sur cette voie jonchée de mensonges et de mal-être névrosés, je ne tolérai pas, je ne tolère pas et ne tolérerais jamais ces bonnes femmes qui préfèrent prendre la voie de la facilité car elles n’ont pas la force de se trouver un projet d’avenir (oh lala c’est trop fatiguant, je n’ai pas envie de me prendre la tête – diraient-elles !! -)

Malheureusement pour elles, elles n’ont rien d’originales car elles emploient toutes les mêmes expressions, comme si pour celles qui veulent emprunter ces parcours-là finissaient par apprendre un lexique spécifique. On pourrait leur consacrer un glossaire puisqu’elles communiquent dans un langage et demeurent dans un monde particulier. Elles habitent, dans une stratosphère, à des dizaines voire des cinquantaines de kilomètres en-dessous du concept de l’évolution humaine, qui requiert de s’engager vers une ascension objective, utile et non superficiel.


Copine Defrost a écrit:
"Tu sais, c'est grave de ne pas vouloir d'enfant.

C'est très grave. Tu devrais faire un point sur ta vie et te remettre sérieusement en question.

Mais enfin? Qui ne veut pas d'enfant dans sa vie?

Il y a même des gens qui seraient prêts à adopter pour en avoir!

T'as vraiment un problème! Je ne te croyais pas comme ça!

Tu te rends compte ou pas? Quand je pense que ma famille était prêt à t'accepter!

Et moi? Tu y as pensé à moi? Mes désirs de femmes. En fait tu n'es qu'un gros égoïste.

Si tu m'avais dit dès le début que tu ne voulais pas d'enfants, jamais on ne serait sortis ensemble.

Certainement pas.

Aujourd’hui c’est devenu une mission pour ces femmes de ce type là, car elles ne cherchent qu’à se mettre en couple pour cette fin et uniquement à cette fin qu’elles trouvent admirable.

Defrost a écrit:
C'est vrai que le désir d'avoir des enfants doit être la première des choses à évoquer lors d'une union comme celle-ci. Soit je suis naïf ou soit je n'ai rien compris à la mise en ménage d'un homme et d'une femme.

Ne te fais pas de bile pour ça Defrost car en finalité c’est bien elle l’égoïste dans tout cette histoire et ce depuis le début. Elle pensait pouvoir t’amadouer afin d’arriver à ses fins pensant que votre amour serait tellement fort que tu finirais par céder à tous ses caprices.

Cela démontre à quel point elle avait décidé d’arrêter son existence à cet aboutissement, le seul terminus possible qui lui permettrait enfin à se placer dans ce monde-là.


Copine Defrost a écrit:
Voilà, maintenant c'est fini. Je te conseille vivement de réfléchir sur ta vie car là, tu vas droit dans le mur...T'as vraiment rien compris à la vie!"

Malheureusement dans ce contexte, elle ne s’aperçoit même pas que c’est elle qui s’emmure dans sa tendance à vouloir exister de cette manière-là.

J’aimerais te raconter une anecdote me concernant sur ce sujet-là.

  Lorsque je commence un nouveau travail, vient le moment ou l’une de mes collègues finit par me demander si je veux des enfants, alors je lui réponds que ce n’est pas une finalité pour moi que je ne désire pas avoir des enfants. Eh bien tu peux être sûr qu’à ce stade la personne que j’ai en face de moi me fait une tête genre ‘’le bug’’ et je sais qu’à ce moment précis elle va m’affubler de questionnement divers jusqu’à ce que je lui donne la phrase qu’elle veut entendre dire en final. Des questions de ce genre :


« _ Tu ne veux pas d’enfants ? Naaaan c’est pas possible »

« _ Pourquoi tu ne veux pas d’enfant ? Je pense que tu veux dire que tu ne peux pas faire d’enfant ! Mais tu sais il existe tellement de façon d’atteindre cette possibilité surtout avec la technologie médicale d’aujourd’hui…. »

« _ Quelle femme ne voudrait pas avoir des enfants, franchement ce n’est pas normal car après tout nous les femmes existons uniquement pour enfanter, nous sommes venues au monde pour ça ! »

A cet instant, je mets fin à son laïus et lui rétorque que je ne cherche pas à ce qu’elle comprenne mon concept parce que, peu-importe ce que je lui dirai, elle n’arriverait jamais à me discerner. Puis je mets fin à la conversation en lui balançant que je ne tolère pas le genre de femme qui comme elle finit par nous desservir, en rabaissant la femme à une simple existence unique d’enfanter et qu’elle ne s’étonne pas et ne se plaint pas si les hommes d’aujourd’hui abordent les femmes à cette fin puisqu’elles ne sont pas capables de démontrer le contraire en fin de compte c’est ce qu’elles sont, rien d’autre qu’un objet utilisable à donner des héritiers.

  Du coup, la collègue finit par avoir le souffle coupé, elle tourne les talons et s’en va à ses occupations. Je vois bien qu’à sa réaction elle pense que j’y suis allée un peu fort mais je ne culpabilise pas car le scénario que je t’ai raconté c’est ce que je subis à chaque entreprise ou je vais (et oui comme je suis en intérim forcément !!), alors mine de rien je n’ai nullement le temps de culpabiliser pour ce genre de femmes qui veulent m’imposer leur projet de vie comme un projet admirable, formidable, magnifique, prodigieux donc irréfutable mais malheureusement pour elles je ne mangerai jamais de ce pain-là.

  Entre nous, certes je n’ai pas énormément d’amies féminines mais je ne m’en porte pas plus mal car elles me sont toxiques et que surtout je n’ai pas encore eu la joie de rencontrer une femme comme moi ; et par rapport à ça je ne me sens pas seule car je préfère le rester plutôt que de les côtoyer, je dois me protéger tout simplement (je suis une espèce en voie de disparition). Je ne suis pas en recherche non plus car je n’y crois plus lorsque je vois mes semblables.

  Je fais de l’humour lorsque je pense être une espèce de femme en voie de disparition car il m’est déjà arrivée de rencontrer aussi cet autre type de femme qui au début ose m’affirmer que tout comme moi elle ne veut pas d’enfant mais que tout compte fait, je finis par m’apercevoir qu’elle ne s’assume pas dans ce qu’elle venait de me révéler parce que tout simplement, elle me paraissait jamais à l’aise dans ses discours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SEI n°05: "Je crois en la contamination de l'amour..."   

Revenir en haut Aller en bas
 
SEI n°05: "Je crois en la contamination de l'amour..."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» je crois que c'est plié
» Oups, je crois avoir acheté du fake
» Etre et Durer ~ Si tu Crois en ton Destin
» Seuils de contamination surfacique
» Calcul contamination atmosphérique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The7thCÿrk :: Le Hall des Salons :: Salon Dogma :: Les Saints Encadrés Idiots-
Sauter vers: