The7thCÿrk

CERCLE DE REFLEXIONS ET D'ANALYSES - FACTION DE PENSEE
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [2014] Je suis à l'heure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Defrost

avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 40

MessageSujet: [2014] Je suis à l'heure   Ven 6 Oct - 18:30





Defrost a écrit:
J'aimerais vous soumettre une vidéo que j'ai vu début 2016 et qu'avait mis Cyrko sur
la chaine Youtube du Manoir. J'en avais un peu parlé avec lui en MP à ce moment là
tellement elle soulève de nombreuses questions et de profonds ressentiments.

Synopsis:
Un homme pénètre dans un wagon de RER, il se rend a un entretien d'embauche.
Soudain a travers la musique de ses écouteurs, il entend un bruit...

Attention, même si aucune image violente n'est présente à l'écran,
cette vidéo comporte des propos qui peuvent choquer ou déranger.




Ce court métrage était en compétition pour la 5ème édition du Nikon Film Festival 2014 (qui en est à sa 8e Édition aujourd'hui) et il fut réalisé par Isabelle Quintard et Fabien Motte qui, par cette création, remportèrent le Prix du Public cette année là.




Mon avis:

Que ferait-on si à trois ou quatre personnes dans une rame de métro ou de RER, un individu agresse sexuellement une autre passagère? Car ici, c'est bien cette question qui est posée. Je pense qu'il est toujours facile de se dire que l'on interviendrait lorsque l'on est pas dans dans l'instant présent de ce contexte.

A mon sens, la première chose qui viendrait à l'esprit c'est: aurais-je le courage de risquer ma vie pour venir au secours de cette personne? Et si en intervenant je perdais la vie? Cela vaut-il vraiment le coup?

Ce questionnement viendrait donc en premier. En fait il viendrait hélas avant même la réflexion utile, celle de se pencher sur la résolution au plus vite du drame qui est en cours. D'ailleurs, en ce sens la vidéo est très bien réalisé puisque l'on peut voir l'acteur qui hésite à  cacher les bruits de l'agression avec le volume de ses écouteurs, qui hésite à tirer sur la manette d'alarme. On peut le voir également croiser du regard une autre personne témoin de l'agression qui semble lui dire "Vous ne faites rien?" alors qu'elle, également, aurait pu intervenir. Mais le questionnement et l'effroi de la situation la terroriser également au point de ne plus pouvoir bouger.

Alors, que faire dans ce cas-là? Pour ma part et là encore, c'est très facile pour moi de dire ce qui va suivre (je ne suis pas dans la situation) mais je pense que lorsqu'on est moins de 5 personnes dans une rame, le mieux est de se faire violence pour faire face à une autre violence en s'unissant contre l'agresseur même si on a la peur au ventre. Je ne vois que cela. En tout cas pour la situation décrite dans la vidéo.
Car bien souvent, lorsque ce genre de drame se produit l'agresseur n'est pas seul et alors, le danger éventuel et la peur ont encore un autre impact, un autre visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Puscifer

avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 13/03/2013
Age : 42

MessageSujet: [2014] Je suis à l'heure   Sam 7 Oct - 20:18

En effet, je me rappelle lorsque Cyrko me l'avait fait visionner. Je vais peut-être surprendre mais je n'ai pas eu de sentiment de malaise comme par exemple ceux qui ont laissé certains commentaires sur la page Youtube de la vidéo...bien que je puisse les comprendre.


Voici quelques exemples avec, pour certaines, les réponses de Cyrko:

Florine Besnard a écrit:
Horrible mais pourtant si réaliste, pendant tout le court-métrage j'avais envie de vomir, tellement j'avais envie de me lever à sa place pour faire quelque chose.

Norman Osborn a écrit:
Cette vidéo m'a vraiment dérangé... depuis que je l'ai vu j'arrête pas de me dire que si je restais sans réagir dans ce genre de situation j'arriverais plus à me sentir digne des gens qui m'aiment ! Je vois pas comment je pourrais reprendre la vie comme avant après une expérience pareille mais je sais vraiment pas ce que je ferais dans ce genre de situation si les agresseurs sont plusieurs ça me perturbe, j'ai l'impression de voir des violeurs partout!

The7thCyrk
Je te rejoins. Tu as bien traduis ce qui m'est resté de ce visionnage. Cela va faire un an que nous l'avons mis en ligne et j'y pense encore. Je crois que nous sommes beaucoup à nous poser cette question 'Que ferions-nous dans la même situation?' car au fond, personne n'est à l'abri de ce genre de situation tragique.

Norman Osborn
Vous avez bien fais de la mettre en ligne y compris sur YouTube car ça donne un aperçu aux gens de ce qu'ils ressentiraient s'ils laissaient passer ce genre d'actes. Mais est-ce qu'on est pour autant préparé mentalement à ce genre de situation ? Dans mon cas je ne sais pas me battre et je sais que dans cette situation je ne serais pas en possession de tous mes moyens mais je sais aussi que je ne pourrais pas laisser faire sans y laisser ma dignité.

Quil7 a écrit:
j'ai baissé les yeux sa mère

Ana Leah a écrit:
C'est effrayant!!!! L'homme il sursaute à 1:42 quand la fille se fait frapper mais il ne réagit pas. C'est dégoutant

Loulou Sacha a écrit:
Je tremble de tout mes membres. C'est juste horrible.

Max Tagiatelle a écrit:
arreté à 1.53 mn...peut pas aller plus loin...sinon je casse mon écran. y'a vraiment des gens qui ont vécu ça sans rien faire ?

Nadia Grey a écrit:
Horrible putin ça craint ça m'a bouleversê

Demanteau Brune a écrit:
Je n'arrive plus à vivre normalement depuis que j'ai vu cette vidéo...je ne nie pas son côté bénéfique de préparer les gens à ce genre de situation mais j'ai l'impression de voir des violeurs partout maintenant je sais pas je ferais quoi si j'etais témoin de ce genre de scène..ca m'est même arrivé de sortir avec une arme blanche ! J'ai tellement peur d'être impuissant si ça se passe juste à côté de moi et que je peux rien faire, j'arrêterais pas de culpabiliser après...de me dire "ils l'ont couchée par terre et l'ont pénétrée de force pour prendre du plaisir !" J'ai tout le temps peur que ça arrive, c'est trop courant et horrible ce type d'agression...


Des commentaires laissés, on peut s'apercevoir de toutes les sensibilités que cela touche et cela d'une manière totalement différente: de la plus incongrue à celle remplie d'espoir.

Par exemple, ceux qui se réveillent à propos de la réalité...

Ilyes Bouaoud a écrit:
histoire vraie ?

Je ne suis pas bizzy Je suis comme je suis a écrit:
mais c'est scandaleux pourquoi personne ne fait rien

Lucie Fantasy a écrit:
ha oui.Daccord.Ok !
Sa se passe comme sa  mtn ! Bravo ! Bravo le monde ! On applaudits ! vive 2017 !


...Ceux qui n'ont rien compris, qui sont à côté de la plaque...

Identithés a écrit:
Lol un film sur le viol d'une femme qui se focalise sur la souffrance émotionnelle d'un homme. Merci quoi

The7thCyrk
Merci quoi...C'est-à-dire? C'est une situation qui ne veut rien dire pour toi?

Identithés
C'est cool de faire des films sur le viol, c'est super important même. Mais là ce que vous avez fait, vous avez détourné l'attention de la femme violée pour se focaliser sur un homme. Or, au lieu de se confronter à la culture du viol et à l'expérience souvent cachée des femmes sujettes à cette violence, vous avez mis l'accent sur l'expérience des hommes avec un protagoniste mâle. On en a déjà assez des protagonistes mâles et d'exposés de leurs expériences. Bien sûr, dans une culture cinématographique où il y avait déjà une surabondance de films sur la perspective féminine sur le viol, ce serait cool. Mais telle n'est pas notre culture. C'est dommage, c'est tout.

Lyzabel __
Identithés Bonjour.
Je comprends ce que vous voulez dire. Pourquoi lui, pourquoi filmer cet homme qui au final n'a pas vécu un traumatisme aussi fort celui vécu ar victime de viol? Franchement au début je n'y avais pas pensé, j'étais simplement bouleversée par ce court-métrage, j'en ai encore les larmes aux yeux..
Seulement, là où nos avis divergent, c'est peut être parce que vous pensez que seule la souffrance de l'homme est mise en avant. Or, ce choix rend le film encore plus percutant: tout le monde peut s'imaginer à la place de l'homme, pense à ce qu'il aurait fait à sa place, réfléchit à la réaction qu'il aurait si demain il vivait la même chose. Au lieu de ne voir en cette personne qu'un individu de sexe masculin, je ne vois qu'une personne. Un être humain relativement grand, imposant: il aurait très bien pu s'imposer physiquement et sans crainte entre l'agresseur et la victime. Pourquoi ne le fait il pas? Pourquoi personne ne réagit ? C'est à ce moment que le film est particulièrement profond. Non seulement on éprouve de la pitié pour la victime (on est tous d'accord pour dire que "le viol c'est mal". Et pour ceux qui cautionnent ça, vous n'avez rien d'humain) mais on est aussi submergé par la colère, le sentiment d'impuissance; pour ma part une certaine rage est montée. Au lieu de se focaliser sur la douleur de la victime, les réalisateurs ont donné une toute autre dimension au film: chaque spectateur est pris aux tripes et veut, de tout son être, s'interposer. L'injustice qui donne envie de vomir, force à se projeter et à s'impliquer réellement dans cette situation fictive.
Filmer cet homme "normal" est finalement un choix réfléchi et efficace pour sensibiliser, puisque finalement on ressent très bien la détresse de la victime, tout en étant intensément révolté. Bonne journée

The7thCyrk
Lyzabel__ a répondu en partie ce que je pense également. Identithés, vous avez sans doute pris ce court-métrage au 1er degré alors qu'il a été réalisé dans un esprit de suggestion afin de laisser une ouverture plus prononcée à la libre interprétation de chacun.

Si vous l'avez considéré de cette manière c'est peut-être aussi un signe qu'il vous a plus touché que vous ne le pensiez de prime abord.
Ce qui est compréhensible, c'est un thème fort.

Ce court-métrage débute en empruntant, comme vous le dites, un même schéma que bien d'autres traitant du même sujet. Cela dit, le fait de l'avoir abordé avec ce 1er degré vous a fait manquer le virage subtil de son traitement. Le fait que votre 1er commentaire débute par un lol sur ce thème grave en atteste.

Votre avis se respecte.


...Les fatalistes et réalistes...

Chiba Sophie Cha a écrit:
glaçant. et tellement réaliste malheureusement.

palorin passeduc a écrit:
réaliste hélas..la peur glace les gens, qui ne voient même plus qu'ils laissent faire l'abominable.

Florine Besnard a écrit:
Horrible mais pourtant si réaliste, pendant tout le court-métrage j'avais envie de vomir, tellement j'avais envie de me lever à sa place pour faire quelque chose.


...Ceux qui ne trouve rien de mieux que d'en plaisanter...

bk01ex7f0in6tko6 a écrit:
Elle a eu raison de refuser ses propositions.
Pourquoi aller au resto, quand ils peuvent faire ça dans un train.


...Ceux chez qui ça réveille la guerre des sexes...

Manon Judic a écrit:
c'est un super court métrage,je compte le montré à ma classe vu qu'en groupe on doit parler du sexisme, ou de fait d'actualité et vu qu'en ce moment le gouvernement veut mettre en place leur campagne Stop ça suffit, contre le harcèlement sexuel dans les transport en commun c'est le parfait moment pour le montrer avec des articles aussi.Je sais pas comment font les gens pour ne pas réagir, je sais que je n'ai jamais était dans la situation où la fille se faisait à ce stade la agressée mais je ne pourrait pas ne rien faire, LE pire c'est les mecs qui généralement se disent protecteurs sont là, à se montrer fort soit disant plus fort que la femme bas cordialement aller vous faire foutre dans cam clash qui est une social experimnent qui voulais voir qui réagissait en cas d'agression verbale ou physique d'un homme sur une femme à l'arrêt de bus et ben seulement des femmes quelle soit grande ,violente, ou petite sans dans l'objectif de se battre avec le mec on pris la défense de la fille seule les hommes rester sur leut téléphones ou carrément quitter les lieux.Et sa se dit ceci cela vous n'êtes rien de plus que nous vous êtes pitoyable, je haï les.hommes matcho sexiste et ceux qui pense qu'il faut protéger sa femme pour être un homme comme si on pouvait pas se protéger seule vous n'avez aucune capacité en plus que nous n'avons pas ,tout le monde peut apprendre à ce battre.


...Ceux qui l'ont compris et qui, limite, souhaite son utilisation à des fins préventives...

Kanin Grinkeeper a écrit:
Merci, merci infiniment pour ce court métrage extrêmement bien réalisé, le fait que ni l'agresseur ni la victime ne soient montrés rend le propos encore plus fort. Ces agressions sont monnaie courante et en ayant moi-même subi de la sorte, cette vidéo m'a beaucoup touchée. J'espère que grâce à elle, aux associations et autres collectifs nous retrouverons un semblant d'humanité un jour...
Encore bravo.



C'est donc bien évidemment un sujet sensible.


Je te rejoins Def sur le fait que pour le cas de la vidéo c'est de s'unir mais tout comme tu le disais les données de ce type de situation quant au nombre de personnes impliquées peuvent tellement varier que la ou les solutions varient elles aussi. Et je ne parle même pas quand une arme rentre dans ces données.

Il reste une réaction qui reste malgré tout propre à chaque variante: peut-on vivre avec sa conscience si l'on intervenait pas? Ne vaut-il mieux pas intervenir que d'être passif? A la rigueur, on pourrait même dire qu'il n'y a même pas de débat en réalité; faut réagir c'est tout, point barre. Et cela peut importe les risques. D'ailleurs, par rapport à cela, on peut les limiter en prenant le temps sur la manière d'intervenir avant d'agir en prenant son courage à deux mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Intuitif

avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 30/07/2013
Age : 37

MessageSujet: Re: [2014] Je suis à l'heure   Mer 11 Oct - 16:54

Cette histoire m'est arrivé une fois avec un pote.
Nous étions sur la plage un soir d'été vers Perpignan , dans un état d'ébriété avancé.
Quelques dizaines de mètres derrière nous, dans le noir, un couple batifole et nous n'y prêtons que peu d'attention.
Puis nous entendons, plus prononcés , des "arrêtes", "arrêtes tu me fais mal là".
On se lève on va voir ce qu'il se passe et on lit le soulagement inespéré dans les yeux de la demoiselle.
Une droite, deux droites, gentiment, et le mec se casse. La fille nous remercie, fin de l'histoire.
C'était il y a plus de dix ans.

Le problème aujourd'hui, c'est le point de rupture de la société en général.
Je viens du pays des férias et de la viande saoule sous canicule.
Pendant ces fêtes, j'ai pris des branlées, j'en ai mis parfois, pour des raisons plus ou moins justifiées. Mais, et ca peut être con ce que je dit, avec toujours une forme de respect. Je veux dire que chaque fois que ça partait à la frite, on savait qu'on ne craignait rien d'autre que des bleus et des ecchymoses.
Aujourd'hui, je serais moins serein.
Un couteau, une batte ou n'importe quoi d'autre peut surgir dans des conditions parfois ridiculement proportionnées.
Et c'est la le point de rupture dont je parle.
Le curseur est descendu très bas ces dernières années.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Puscifer

avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 13/03/2013
Age : 42

MessageSujet: [2014] Je suis à l'heure   Mer 11 Oct - 17:40

Oui, tout à fait...le point de rupture de la société.
Je suis Ô combien d'accord avec ça.

Ce fait que tu relates me rappelle un autre que nous avons vécu avec Shiru. Un parmi d'autres.

Cyrko habitait dans le vieux centre ville d'Orléans à ce moment là, un petit F1bis sous mansarde. On se rendait chez lui, un début de soirée, un samedi. Nous étions à 50m environ de la porte cochère de son entrée d'immeuble quand une bande de jeunes racailles un peu pintée et enfumée nous interpelle: "_Hé, toi! Le grand sec avec la kebla! Hé arrêtes-toi ta mère! Hé viens là fils de pute!".
Je me suis juste retourné un instant, ce que Shiru me reprocha. A juste titre, puisque aussitôt ma tête remise dans le sens de la marche, ils se sont mis à courir après nous. Tout cela s'étant produit alors que nous marchions, nous n'étions plus qu'à une petite dizaine de mètres de la porte. On savait qu'en marchant ils ne nous auraient pas rattrapé. nous sommes rentré 5 secondes avant qu'ils n'arrivent à notre niveau.
Dépités, agacés, il s'énervèrent contre la porte cochère...impuissant.

Je pense qu'ils cherchaient à se chauffer avec quelqu'un. Et puis, ils représentaient une bande de 8 à 10 personnes...alors bon, ça se sent fort dans ces cas-là. Moi, je ne me suis que très rarement battu; je préfère éviter les coups...la personne belligérante se fatigue plus vite. Je suis très doué pour ça. Même agrippé par elle.
Shiru, par contre...comment dire, si quelqu'un la cherche, je préfère m'initier à la prière rien que pour la personne en face.

Non mais c'est vrai que, tout doucement, la société glisse vers des bases de violence pour l'avenir. Là où, comme tu le disais si bien, il y avait auparavant des échanges de coups dans un cadre entendu où il arrivait même que cela se termine par un verre en commun...eh bien maintenant, t'es pas à l'abri de te faire suriner pour n'avoir pas donné ton paquet de clope ou ton porte-feuilles à un désœuvré muni d'une arme.

C'est grave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Defrost

avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 40

MessageSujet: [2014] Je suis à l'heure   Lun 16 Oct - 0:19

Je n'aime pas avoir une haute opinion de l'humanité ni même une mauvaise. Ni même stagner dans le consensuel à son sujet.

Cela dit, j'ai du mal à ne plus entrevoir la bestialité comme son fondement. Je ne généralise pas pour sûr mais poussez un tant soit peu l'humain dans un retranchement et de suite il devient une autre personne où le sang froid ne trouve plus d'endroit, de raison d'exister ou de siéger. C'est grave.

Comme s'il était préférable maintenant de se baigner dans le désordre le plus complet puisque la raison de vivre et d'évoluer est bâillonner aux barbelés au sens propre comme au figuré. On préfère retourner à une ère de sauvagerie plutôt que de rester safe et préférer la communication, le langage, le verbe quoi.

J'ai aussi quelques anecdotes, je ne les raconterais pas ici et puis mon propos est déjà assez austère pour ne pas l'assombrir davantage.

Je suis d'accord avec vous, il y a un recul actuellement qui, s'il continue, ne présage rien de bon pour la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [2014] Je suis à l'heure   

Revenir en haut Aller en bas
 
[2014] Je suis à l'heure
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» je suis presque au bout du rouleau....
» Signification du terme "à x heure de relevée" ?
» voilà, j'suis là aussi
» doumeni : Je suis nouvelle...
» Bonjour je suis nouvelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The7thCÿrk :: La Salle de Projection :: Courts-métrages-
Sauter vers: